Le samedi 13 novembre de 9h à 13h, le CPIE Logne et Grand-Lieu accompagné de 5 bénévoles ont mené une expérimentation sur l'une des 16 mares de la Réserve : le fascinage des berges.

Un chantier mené par des bénévoles

Le samedi 13 novembre 2021, Elisabeth Lagadec du CPIE Logne et Grand-Lieu a organisé et animé un chantier participatif visant à réaliser un fascinage sur 8m de berge abrupte de la mare 1/08.

Les 5 bénévoles ont passé la matinée à réaliser un fascinage sur cette mare peu profonde, présentant une galerie de ragondins particulièrement importante sur l'une de ses berges.

Le fascinage a consisté à planter à 60-80cm de distances, des poteaux en châtaigner (imputrescibles et non traités) et de venir tresser d'avant en arrière des branches de saules coupées sur le site. Des lices en châtaigner ont également été posées sur 2 niveaux, à même le sol. Les ragondins ne devraient pas pouvoir creuser par en dessous, cette partie étant inondée la majeure partie de l'année.

Enfin, l'arrière de cette "clôture naturelle" a été rebouchée sur toute sa longueur par la boue issue de la mare.

Le ragondin, une espèce à problème

Installé maintenant depuis plusieurs années, on sait que le ragondin ne peut plus disparaitre de notre territoire. En l'absence de prédateurs naturels à l'âge adulte, seuls les efforts intensifs de piégeages permettent à minima de réguler cette espèce, capable de se reproduire toute l'année.

Or, les ragondins posent de nombreux problèmes sur les milieux aquatiques : ils creusent des galeries larges et profondes dans les berges des mares et cours d'eau, ce qui les fragilisent, ils sont porteurs de maladies mortelles (leptospirose) qu'ils transmettent via leurs déjections, ils broutent de façon intensive la végétation des bords de cours d'eau, ce qui empêche le développement d'une végétation adaptée et menacée et sa faune associée. Très territorial, il peut également se montrer agressif envers la faune locale.

Ces caractéristiques lui vaut le classement d' Espèce Exotique Envahissante ou "Espèce invasive", une des causes principales de la dégradation de la biodiversité.

Le fascinage des berges : une expérimentation

Afin d'empêcher l'implantation de nouvelles populations et la densification des réseaux de galeries existantes sur les berges de mares, le CPIE a souhaité expérimenter le fascinage des berges.

Le principe de "fascinage de berge" est principalement utilisé sur les cours d'eau, visant notamment à restaurer les berges abimées, notamment par le ragondin, et éventuellement empêcher une nouvelle installation.

Ce procédé n'étant pas ou peu appliqué sur les mares, il s'agit ici d'une expérimentation. L'objectif étant d'évaluer sur le long terme l'installation du ragondin sur cette mare et de répondre à plusieurs questions : est-ce que le ragondin persiste à s'installer et se nourrir sur cette mare ? dans le cas où il ne s'installe plus, la végétation se développe t'elle mieux que sur les autres mares ?

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image